Close
Guide à la vie nocturne en Europe de l’Est

Guide à la vie nocturne en Europe de l’Est

De Kiev à Zagreb, Musement se penche sur la vie nocturne de certaines des villes les plus animées d’Europe orientale.

Que ce soit à Londres ou à New York, l’histoire est la même: la vie nocturne locale est toujours limitée par des heures d’ouverture trop strictes et des loyers en hausse. Même Berlin, célèbre pour sa nightlife undergound, souffre des conséquences de sa propre popularité: les off-licences autrefois bon marché et le sens général de la liberté se sont tous un peu perdus.

Lorsque nous partons en voyage à la recherche d’une vie nocturne excitante, la dernière chose dont nous voudrions nous soucier est de l’heure de fermeture de l’établissement ou de l’endroit où prendre le dernier verre. Le temps est arrivé de se rendre dans les pays de l’ex-Union soviétique, où des villes comme Tbilissi, Varsovie, Kiev, Zagreb et Riga offrent aux touristes une nightlife animée et des établissements relativement méconnus des touristes.

À travers ce guide, nous souhaitons vous montrer quelques-uns de nos endroits préférés dans ces villes pour aller danser, boire et socialiser. Beaucoup de destinations sont encore assez méconnues des étrangers, l’authenticité est donc assurée.

1. Zagreb

La première ville dont nous voudrions parler est Zagreb, la capitale de la Croatie. Bien qu’elle soit située près de Budapest, Sarajevo, Ljubljana et de la côte croate, de nombreux visiteurs ne passent pas ou ne restent pas assez longtemps dans la capitale pour découvrir sa vie underground florissante.

Une nuit à Zagreb est très différente d’une nuit à Londres, où une bière dans un établissement branché coûte quatre ou cinq fois plus cher qu’au supermarché. À Zagreb, il n’est pas nécessaire de contracter une hypothèque pour se payer un verre et il est toujours possible de fumer dans les bars. Il existe une véritable culture des bars où l’on s’assoit, boit et bavarde jusqu’au milieu de la nuit et tout se transforme soudainement en une fête.

Tous les bars de la rue Frankopanska sont ouverts tard et bondés de personnes qui boivent et bavardent entre elles. Si vous avez de la chance, vous pouvez aussi écouter du Turbo-folk, un genre de musique apparement très populaire dans les Balkans.

2. Kiev

Si vous êtes seul à Kiev, renseignez-vous sur les bars de style speakeasy juste à l’extérieur du marché Besarabsky. Vous trouverez votre bonheur au bout d’une ruelle, ce qui peut paraître un peu effrayant mais une fois à l’intérieur (il vous faudra un code pour entrer) vous vous sentirez en sécurité et l’ambiance est vraiment très cool.

Les barmans sont experts dans la préparation de cocktails à base de vodka et vous aideront à commander en anglais si votre ukrainien n’est pas à la hauteur. Les toilettes sont, hélas, bien en vue devant la piste de danse, heureusement derrière un verre dépoli.

À Kiev, ont également lieu beaucoup de raves, surtout à Cxema et, pour les amateurs de techno, Closer est club le plus célèbre de la ville.

View this post on Instagram

April 2018 📷@yana.franz

A post shared by Cxema (@c_x_e_m_a) on

3. Minsk

On pourrait penser que Minsk (la capitale de la Biélorussie, un pays dont on ne se rappelle souvent que pour sa dictature) est une destination improbable pour la vie nocturne. En vérité, la ville s’enorgueillit d’un important réseau underground concentré autour du site MinskNotDead.

Il vaut aussi la peine de jeter un coup d’œil au Rich Cat Club, l’un des endroits les plus sauvages de la ville pour un peu de R’n’B et de festivités. Dans cet établissement, des statues de chats blancs, regardent attentivement ce qui se passe sur la piste.

4. Riga

Enfin, Riga, la capitale de la Lettonie, est un endroit idéal à visiter pour les amateurs de bière artisanale et de fêtes dans des espaces industriels extravagants. Notre bière préférée en ce moment est la « crise existentielle », un choix fort et incisif.

Si vous n’êtes jamais allé à Tallinas iela, renseignez-vous sur les nombreux ateliers, bars, cafés, galeries et lectures de poésie qui ont lieu dans les anciens espaces industriels du quartier.

View this post on Instagram

Grīda ezītī

A post shared by Raimonds Urtāns (@kominieks) on

5. Bonus

Ne manquons pas de mentionner Bassiani à Tbilissi et le quartier de Śródmieście à Varsovie. En vérité, la vie nocturne est tellement animée dans les pays de l’ex-Union soviétique que la meilleure chose à faire et de prendre l’avion et de vous préparer à ne plus vouloir rentrer chez vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close