Close
5 expositions à voir ce printemps à Paris

5 expositions à voir ce printemps à Paris

Au printemps les expositions fleurissent ! Découvrez cinq expositions à ne pas manquer à Paris au printemps 2019.

Paris est une ville à la culture florissante, où que vous alliez, quoi que vous cherchiez, vous trouverez toujours de quoi nourrir votre esprit. Des expositions permanentes de certains des plus grands musées du monde comme le Louvre ou le Musée d’Orsay, aux Galeries d’art, en passant par le street art, les spectacles de théâtre ou les concerts, à Paris, il y a toujours de quoi faire! Mais dans ce billet, Musement fait le point sur cinq expositions temporaires du printemps 2019 qui valent vraiment la visite!

1. « Le modèle noir de Géricault à Matisse » – Musée d’Orsay

Cette exposition s’interroge sur la représentation des figures noires dans les arts visuels depuis l’abolition de l’esclavage en France jusqu’à nos jours. Elle se penche notamment sur le dialogue et la relation entre l’artiste et son modèle. C’est à travers la contemplation d’oeuvres majeures d’artistes comme Géricault, Manet, Cézanne, Matisse mais aussi des contemporains afro-américains Romare Bearden et Faith Ringgold ou des photographes Nadar et Carjat, que le visiteur pourra se questionner sur l’évolution de la représentation des sujets noirs et donc des idées au cours de siècles.
Quand? du 26 mars au 14 juillet 2019

View this post on Instagram

Du 4 au 7 avril 2019, @abdalmalikmusic est l’invité du musée d’Orsay. À l’occasion de l’exposition "Le modèle noir de Géricault à Matisse" (26 mars – 21 juillet 2019), le célèbre poète, rappeur, slameur et essayiste y présentera sur la scène de l’auditorium son nouveau spectacle inspiré du tableau "Le Jeune Noir à l’épée" (1850) de Puvis de Chavannes et conçu avec le chorégraphe burkinabé Salia Sanou. 🎟 Réservations sur Fnac.com (lien dans la bio) . 📚💿 De cette rencontre est également né un livre-CD retraçant l’histoire du "Jeune Noir à l’épée". . "L'histoire de ce jeune noir est entrecoupée, fractionnée. C'est une rébellion rythmée, déclamée, rappée, slamée et chantée sur une musique noire, blanche, métisse, ancienne et moderne, faite de fragments mélodiques, d'échantillons musicaux disparates, dont la mise en relation accidentelle et inattendue verra surgir, contre toute attente, du nouveau et de l'harmonieux. Ceci comme allégorie du cheminement du jeune noir de cette histoire et de ces nouvelles générations, dont je fais partie, nées en Europe et dont les racines s'originent sur le continent africain ancestral." (Abd Al Malik). . Spectacle produit par @decibelsprod en partenariat avec le @theatredelaville_paris. Ouvrage coédité par @presenceafricaine, le musée d’Orsay et @flammarionlivres. . #hiphop #artcontemporain #peinture #poesie #rap #litterature #slam #dansecontemporaine #abdalmalik #modelenoir #museedorsay #museeorsay #orsaymuseum #artmuseum #artgallery #fineart #beauxarts #artexhibition #art #museum #painting #exposition #exhibition . Photo : © Fabien Coste

A post shared by Musée d'Orsay (@museeorsay) on

2. « Rêve électro, de Kraftwerk à Daft Punk » – Philharmonie de Paris

Vous êtes un véritable oiseau de nuit? Vous adorez vous déhancher au son des morceaux de Robert Moog ou Juan Atkins? Eh bien, si vous avez l’intention d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de la musique électro, depuis sa naissance dans les boîtes underground de Chicago et de Detroit il y a plus de trente ans jusqu’à nos jours, rendez-vous à la Philharmonie de Paris pour découvrir « Rêve électro, de Kraftwerk à Daft Punk ». L’exposition analyse le phénomène de la culture électro et décrypte sa dimension politique et contre-culturelle à l’image des mutations de notre société. L’expérience multi-sensorielle est accompagnée par une bande-son qui a été confiée au célèbre DJ Laurent Garnier.
Quand? du 9 avril au 11 août 2019

3. Vasarely, Le partage des formes – Centre Pompidou

Vasarely et l’art optique! À travers environ 300 pièces de Vasarely, allant des tableaux, aux sculptures, en passant par les publicités, l’exposition retrace le parcours du père fondateur de l’Op art depuis ses débuts dans les pas du Bauhaus jusqu’à ses dernières innovations. L’exposition au Centre Pompidou est une occasion unique de plonger dans l’univers d’un artiste populaire ayant particulièrement marqué la culture et la société des années 1960/1970, véritable incarnation de l’imaginaire des Trente Glorieuses.
Quand? du 6 février au 6 mai 2019

4. Hammershø, le maître de la peinture danoise – Musée Jacquemart-André

Au printemps prochain, le suggestif Musée Jacquemart-André proposera une exposition consacrée à l’oeuvre de l’artiste danois Vilhelm Hammershøi et à son univers songeur et solitaire, baigné dans un silence dépouillé et une atmosphère mystérieuse. Pour la première fois, la lumière sera mise sur le lien entre l’artiste et son entourage. Pour permettre de mieux pénétrer son monde, les oeuvres de Vilhelm Hammershøi seront mises en regard avec des tableaux de ses proches, notamment son frère Svend Hammershøi, son beau-frère Peter Ilsted et son ami Carl Holsøe.
Quand? du 14 mars au 22 juillet 2019

5. Franz Marc et August Macke, 1909-1914 – Musée de l’Orangerie

Parcourez l’histoire du mouvement expressionniste allemand à travers les oeuvres de deux figures incontournables du mouvement Der Blaue Reiter -Franz Marc et August Macke- qui se formèrent ensemble, au rythme de leur amitié. L’exposition retrace tout leur parcours, du début de leur amitié où ils séjournèrent à Paris, marchant sur les pas des artistes français jusqu’à leur mobilisation en 1914 qui marquera la fin de leur vie et donc de leur carrière. L’exposition permet aux visiteurs de suivre l’évolution de leur art ponctuée par des dates importantes: 1910 et leur séjour à Paris, 1911 et leur rencontre avec Vassily Kandinsky qui marqua un tournant décisif dans leur peinture et la naissance des fameux petits chevaux bleus de Franz Marc qui inspirèrent le choix du nom de leur groupe d’artistes, Der Blaue Reiter, « Le Cavalier bleu » en français. Enfin, 1913 signe le passage à l’abstraction pour Franz Marc et 1914 est l’année d’un voyage particulièrement marquant qu’August Macke entreprit en Tunisie aux côtés de Paul Klee et de Louis Moilliet.
Quand? du 6 mars au 17 juin 2019

View this post on Instagram

– "I step into the painting of the four blue horses. I am not even surprised that I can do this. – – One of the horses walks toward me. His blue nose noses me lightly. I put my arm over his blue mane, not holding on, just commingling. He allows me my pleasure. Franz Marc died a young man, shrapnel in his brain. I would rather die than explain to the blue horses what war is. They would either faint in horror, or simply find it impossible to believe. I do not know how to thank you, Franz Marc. Maybe our world will grow kinder eventually. Maybe the desire to make something beautiful is the piece of God that is inside each of us. Now all four horses have come closer, are bending their faces toward me as if they have secrets to tell. I don’t expect them to speak, and they don’t. If being so beautiful isn’t enough, what could they possibly say?" – – – – MARY OLIVER, 'Blue Horses' – – – Franz Marc was one of the key figures of the German Expressionist movement. In 1910, along with Wassily Kandinsky, he was a founding member of 'Der Blaue Reiter (The Blue Rider)', a journal whose name became synonymous with the development of German Expressionism. With the outbreak of World War I, Marc was drafted into the German Army as a cavalryman. By 1916, the government had identified notable artists to be withdrawn from combat for their own safety. Marc was on the list but was struck in the head and killed instantly by a shell splinter during the Battle of Verdun in 1916 before orders for reassignment could reach him. Marc aspired to a spiritually-pure animal world. His work is characterized by bright primary color, an almost cubist portrayal of animals, stark simplicity and a profound intensity of emotion. Influenced by Van Gogh, Marc gave an emotional meaning to colors: blue was used to portray masculinity and spirituality, yellow represented feminine joy, and red the resonance of violence. The rounded forms of his horses evoked a harmonious whole. – – FRANZ MARC was born today, 8 February 1880. – – – FRANZ MARC, 'Large Blue Horses', 1911. Walker Art Center, Minneapolis. – – #franzmarc #bluehorses @walkerartcenter #maryoliver #poemfortheday

A post shared by @ brettgorvy on

Photo credit: jean louis mazieres on Visual hunt / CC BY-NC-SA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close