Close
Comment ai-je appris à boucler mon bagage à main pour voyager avec les compagnies aériennes low-cost vol.2 ?

Comment ai-je appris à boucler mon bagage à main pour voyager avec les compagnies aériennes low-cost vol.2 ?

Les voyages low-cost sont l’idéal pour ceux qui ont souvent envie de partir à l’aventure, mais ont un budget serré. Préparer un bagage dont les dimensions ne dépassent pas 56 x 45 x 25 cm, peut être un véritable défi, spécialement si le voyageur ne réussit pas à réduire la sélection d’habits à emporter et s’il aime acheter des souvenirs. Voici l’expérience d’une voyageuse avec des problèmes d’espace et les conseils d’un expert de voyages et de valises.

Je me trouvais à la porte 13 de l’aéroport Charles de Gaulle. Je venais de passer des jours merveilleux à Paris avec mes copines de la fac, pour les vacances de Carnaval: pour économiser, nous avions trouvé une offre pour un vol low-cost et choisi d’emporter avec nous juste un bagage à main, et nous avions réservé des lits dans un dortoir mixte d’une auberge de jeunesse du Quartier Latin. Promenades le long de la Seine, soirées dans les rues de la Ville Lumière, visite des musées pour admirer nos oeuvres d’art préférées, et shopping dans les bric-à-brac et dans les boutiques de Montmartre et du Marais; le voyage avait été parfait. Je ne me doutais pas encore de l’ombre qui allait s’abattre sur moi, je papotais avec mes amies dans la queue devant la porte de l’aéroport, lorsqu’un steward s’approcha avec un air investigateur et me demanda d’insérer mon bagage à main dans le gabarit orange. Moi, avec la tranquillité de celles qui sont certaines de n’avoir aucun tort, je m’approche du gabarit fait pour contrôler la mesure des bagages et j’essaie d’insérer le mien et…je blêmis. Ma valise ne rentre pas.

Comment est-ce possible -vous demanderez-vous alors- d’être aussi naïve et d’emporter un bagage de taille hors-norme sur un vol low-cost et de penser s’en sortir comme ça? Mais c’est justement ça: mon bagage n’était pas hors norme, mais c’était un gros sac avec des roues, et donc mou et informe; mon sac de couchage inséré à la va-vite et une paire d’objets acquis en territoire français s’étaient rendus complices de la déformation de Botolo (c’est le surnom qu’on a donné à mon sac après cet épisode) qui était devenu plus bedonnant et encombrant par rapport à l’aller. 


Mon gros sac avec ses roues, surnommé Botolo

Je ne voulais pas me rendre au fait de devoir payer le supplément pour mettre ma valise en soute  -faisant ainsi partir en fumée tous mes efforts pour préserver le côté low-cost de mes vacances- c’est pourquoi, après avoir tenté de toutes les façons possibles de faire entrer mon bagage à main dans le gabarit, sans prêter attention au steward qui me répétait sans cesse « don’t push mademoiselle, don’t push », j’ai ouvert ma valise et j’ai commencé à endosser tout son contenu. J’ai mis deux jupes par dessus mon pantalon, deux pulls et deux T-shirts, et mes leggings comme écharpe. A ce point là, dans la valises il ne restait qu’un sac de couchage, mes savons, et un poster acheté au Musée d’Orsay. Botolo s’était désenflé et, n’en déplaise au steward et à son regard agacé, entrait facilement dans le gabarit.

Comme vous pouvez l’imaginer, pour moi la situation était très stressante et embrassante (pour mes amies au contraire ça a été très marrant, elles étaient complètement mortes de rire), mais cette expérience m’a appris que le vrai problème n’est pas la quantité d’affaire que l’on met dans une valise, mais comment on l’y met (et oui, j'ai aussi appris qu'il est important que la valise soit rigide, cela évite qu'elle soit trop et mal remplie).

Pour réparer mes erreurs et pour éviter de revivre ce qui m'était arrivé à Paris et vous l'éviter aussi, j’ai eu recours à un expert pour préparer mon bagage à main pour retourner à Edimbourg et j’ai acheté une valise rigide et discrète, de manière à ne pas éveiller les soupçons des stewards des compagnies aériennes low-cost qui veulent vous prendre la main dans les sac.

L’expert s’appelle Emanuele Turetta, c’est un acteur, et de nature nomade en raison de son métier qui l’emmène bien souvent à voyager en Italie et dans le monde entier pour des tournées théâtrales, il a appris à boucler une valise de manière rapide et fonctionnelle, en optimisant au maximum l’espace à disposition. Sa technique se base sur le principe selon lequel il ne faut pas occuper l’espace, mais au contraire le créer en utilisant les volumes des objets et des habits.

En août, pour mon voyage de 6 jours à Edimbourg, je suis partie avec des chaussures et des vêtements qui étaient chauds mais pas trop, et adaptés au vent et à la pluie, dans le détail il s’agissait de: 3 T-shirts, 3 pulls, 2 pantalons, 2 leggings, une paire de chaussures de gym et une veste en cuir. La valise contenait en outre un sac en bandoulière, deux guides touristiques, un pyjama, un sac de sous-vêtements, ma trousse de médicaments, mon beauty-case avec savons et maquillage, mon appareil photo et un livre avec une couverture rigide. Enfin, pendant mon séjour, j’ai acheté un magnifique manteau en tweed qui semblait être fait sur mesure pour moi, un poster du tableau de la Scottish National Gallery, un chapeau en feutre et les brochures du Fringe festival.

Tous ces objets sont rentrés à Milan avec moi dans 56 x 45 x 25 cm, grâce à la technique de notre expert.

Voilà de quoi il s’agit.

Tout d’abord, j’ai positionné sur le fond de la valise les habits les plus mous et fins, comme les pantalons, les leggings et les T-shirts. Ces vêtements doivent être pliés de manière à être assez serrés pour pouvoir s’enfiler dans les sillons de la structure de la valise. Arrive ensuite le tour des pulls qui doivent être pliés de manière à former de parfaits carrés: grâce à cette forme ils créent des espaces vides réguliers et faciles à remplir. 


Step 1: positionner sur le fond les T-shirts, pulls et pantalons, en remplissant les sillons qui se forment entre la toile et la structure de la valise

On continue en mettant dans les espaces vides créés par les T-shirt, les pulls et les pantalons les choses les plus difficiles à modeler, comme le sac de sous-vêtements, le beauty-case, et la trousse de médicaments. 


Step 2: remplir les espaces vides laissés par les vêtements avec les objets les moins modulables comme le beauty case

Entre les choses déjà positionnées on introduit les objets les plus rigides comme l’appareil photo et le chapeau, que l’on retournera de manière à ce qu’en son intérieur, au moment des contrôles à l’aéroport, l’on puisse y mettre le sac en bandoulière avec dedans portefeuilles et papiers. 


Step 3: rajouter les objets les plus rigides comme l’appareil photo, et continuer à « créer de l’espace » en utilisant des astuces comme retourner le chapeau pour pouvoir y enfiler le sac en bandoulières dans un second temps

Enfin, les objets les plus critiques, comme le poster dans son tube de protection et le cintre du manteau en tweed: on trouvera les espaces adéquats pour les insérer, alors que les guides, le livre et les brochures seront enfilés respectivement dans la rétine interne et dans la poche externe de la valise. 


Step 4: positionner dans les espaces restant les objets les plus critiques et compliqués à insérer

A tout cela, il faut rajouter une bonne dose d’improvisation et d’esprit d’adaptation. Et c’est justement grâce à cela que le problème du manteau en tweed a été résolu. Depuis le début il était clair qu’il ne serait jamais rentré dans la valise, c’est pourquoi je l’ai porté (la veste en cuir elle, y entrait sans problème), j’ai mis la housse à vêtements en nylon (= zéro espace occupé) que l’on m’avait donnée au moment de l’achat dans la poche externe avec le livre. La chaleur étouffante de Milan m’a accueillie dès j’ai atterri à Malpensa, j’ai donc ôté mon manteau et je l’ai suspendu sur le cintre dans sa housse. Le manteau est arrivé à la maison sain et sauf, et ma valise parfaitement préparée avait été chargée dans l’avion sans avoir attiré la moindre attention. 


Mon nouveau bagage à main, fin et discret, il passe inaperçu lors des contrôles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close