Close
8 des tableaux les plus représentatifs de Frida Kahlo

8 des tableaux les plus représentatifs de Frida Kahlo

De Les Deux Fridas à l’Autoportrait avec collier d’épines et colibri, Musement s’est penché sur huit des tableaux les plus célèbres de Frida Kahlo.

Si vous avez aimé notre aperçu sur les tableaux les plus représentatifs de Picasso, nous espérons que vous ne serez pas déçu par ce bref panorama sur la vie et l’œuvre d’une artiste qui a laissé sa marque: Frida Kahlo (1907-1954), un personnage emblématique non seulement pour ses robes tehuana colorées et son légendaire mono-sourcil, mais aussi pour sa personnalité, sa force et son intelligence. Frida a eu une vie courte et intense (elle est morte à l’âge de 47 ans), pleine de souffrance, ce qui se reflète dans ses œuvres d’art qui ont fait d’elle le peintre mexicain le plus célèbre du monde.

« Je peins les fleurs pour qu’elles ne meurent pas », a déclaré Frida Kahlo. La profonde sensibilité de l’artiste de Coyoacán se perçoit dans toutes ses peintures et donne vie à une œuvre très personnelle et métaphorique. Ci-dessous, nous vous présentons huit des tableaux les plus emblématiques de Frida Kahlo.

1. Les Deux Fridas, 1939

Les Deux Fridas, l’une de ses œuvres les plus représentatives, est aussi le plus grand tableau de Frida Kahlo et celui dans lequel elle exprime la plus grande souffrance. Il a été peint lors de son divorce avec Diego Rivera et représente la Frida dont Diego est tombé amoureux (à droite) et le célèbre artiste que Diego a abandonné, le cœur brisé (à gauche). Cependant, Frida a essayé de sauver cette dualité en unissant les cœurs exposés des deux Frida dans une tentative de réconciliation avec les deux versions d’elle-même.

Où : Musée d’art moderne, Mexico

2. Autoportrait avec collier d’épines et colibri, 1940

Dans cet autoportrait, Frida se représente vêtue de vêtements traditionnels mexicains, une couronne d’épines chrétienne en guise de collier pour représenter la douleur qu’elle a ressentie lors de sa séparation d’avec Diego Rivera. Suspendu au collier, on peut voir un colibri mort (symbole de chance) et sur son épaule gauche un chat noir (symbole de malchance) qui veut chasser le colibri. Dans son épaule droite se trouve un singe (symbole du diable) représentant Diego, avec l’attitude indifférente que Frida percevait de lui. Malgré tout, Frida décide de se peindre dans ce tableau afin de se réapproprier son identité.

Où : Musée des Beaux-Arts de Boston, Boston

3. La colonne brisée, 1944

Avec une vie marquée par des problèmes de santé dus à l’accident qu’elle a subi à l’âge de 18 ans (qui a été suivi d’une trentaine d’opérations délicates), Frida a été contrainte de porter un corset en acier pour se tenir debout. Dans ce tableau, on voit les bretelles du corset ainsi que de nombreux clous sur tout son corps: il y en a aussi un dans son cœur qui représente la douleur de son âme. Les larmes aux yeux, Frida se révèle à nous comme une femme isolée, avec un corps « brisé » par une souffrance intense.

Où : Collection Dolores Olmedo, Mexico

4. Autoportrait à la robe de velours, 1926

« Je peins des autoportraits parce que je suis tout le temps seule. Je me peins parce que je suis le sujet que je connais le mieux ». Cette phrase de Frida Kahlo explique pourquoi on trouve tant d’autoportraits dans son œuvre. Cependant, l’Autoportrait à la robe de velours est particulier car il est le premier de cette vaste série dans laquelle nous voyons Frida comme la Vénus de Botticelli. Elle l’a peint en cadeau à Alejandro Gómez Arias, avec qui elle venait de mettre fin à une relation, et grâce à cette peinture, elle a pu retrouver son amour.

Où : collection privée

5. L’Hôpital Henry Ford, 1932

À la suite de son accident, Frida a eu des problèmes de fertilité. Ce tableau représente l’un des moments les plus tragiques, lorsqu’en 1932, elle a fait une fausse couche à l’hôpital de Detroit, qui donne son nom à l’œuvre. Frida s’est peinte pleurant nue au centre de l’œuvre, entourée de draps ensanglantés. De son estomac émergent six « cordons ombilicaux » différents, dont celui du bébé qu’elle vient de perdre. Les autres représentent ses « tourments », comme le bassin qui l’a empêchée d’avoir une grossesse saine, et l’escargot qui symbolise la lente perte du bébé.

Où : Collection Dolores Olmedo, Mexico

View this post on Instagram

Henry Ford Hospital by Friday Kahlo

A post shared by Leto Wolf Doula (@leto_wolf) on

6. Autoportrait aux cheveux défaits, 1947

Cet autoportrait est un autre exemple de la revendication identitaire de Frida Kahlo. Elle l’a peint à 37 ans dans sa maison de Coyoacán, et la représente exceptionnellement sans sa célèbre coiffure habituelle. Diego aimait tellement ses cheveux noirs et lâches, c’est pourquoi ils sont tellement présents dans cette œuvre. Bien que sa santé était délicate à l’époque, son expression semble détendue.

Où : Des Moines Art Center, Iowa

View this post on Instagram

“Self Portrait with Loose Hair”, Frida Kahlo, 1947.

A post shared by Project Myopia (@themyopiaproject) on

7. Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, 1932

Dans cette œuvre, Frida se représente entre deux mondes opposés. D’un côté, le Mexique, son pays natal, avec un paysage chaud et typiquement mexicain, et d’autre part, les États-Unis, où elle vivait depuis trois ans au moment où elle a peint ce tableau. Un monde dominé par la nature contre un autre monde dominé par la technologie, uni uniquement par un générateur électrique du côté américain qui tire son énergie du sol mexicain. Frida apparaît sur un piédestal entre les deux mondes avec un drapeau mexicain à la main, fidèle à ses racines.

Où : Collection María Rodríguez de Reyero, New York

8. Le Cerf blessé, 1946

Ce tableau représente un cerf dont le visage est celui de Frida, blessé par plusieurs flèches qui représentent la douleur intense qu’aucune opération du dos ne pourrait arrêter. Elle a peint cette œuvre l’année où elle a tenté une nouvelle fois, sans succès, une opération chirurgicale à New York. Frida est tombée dans une profonde dépression qui a donné lieu à des œuvres choquantes comme celle-ci.

Où : collection privée

View this post on Instagram

One of the more powerful pieces of art that've helped me get by. Thank you, @fridakahlo for "The Wounded Deer," among others, and your enlightening, badass yet brief life. Photo and words by @melissa.scallan: . "Grafting her head onto the body of a wounded and bleeding deer – impaled with nine arrows – Mexican artist Frida Kahlo alludes to her frail and failing body and to the fragility of her relationship with Diego Rivera. . Kahlo suffered from polio as a child, was horrifically injured in a tram crash as a teenager, endured multiple operations to try and correct these injuries – but suffered discomfort for the rest of her life, and had her lower leg amputated. . Despite the physical discomforts, she created numerous artworks – and received international critical acclaim for her work, married Rivero (twice), had multiple love affairs and was politically active. . . . . #fridakahlo #thewoundeddeer #elvenadoherido #thelittledeer #mexicanart #diegorivera @barbicancentre #moderncouples #surrealism #deer #animalsinart #nine #arrow #injured #hurt #frail #wounded #barbicanartgallery" #repost #internationalwomensday #womensday #womenholduphalfthesky #BabaeAko #thefarfarfutureisfemale #virtualwanderingsgallery

A post shared by Ladeda Lala (@ladeda_lalala) on

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close