Close
Comment repérer un touriste français à l’étranger en 7 points

Comment repérer un touriste français à l’étranger en 7 points

Les stéréotypes naissent toujours d’une part de vérité, voilà 7 clichés sur le touriste français qui vous permettront de l’identifier à l’étranger.

En tant que français nous portons un lourd fardeau sur nos épaules lorsque nous voyageons à l’étranger, celui du touriste français radin, râleur et nul en langue; et parce que les clichés naissent toujours d’une part de vérité, chez Musement, à force de voyager, nous avons appris à repérer le touriste français parfois sans même qu’il ait à ouvrir la bouche! Voilà comment repérer un touriste français à l’étranger en 7 points. À prendre avec humour!

1. Le touriste français se débrouille mal en langue…

Le verdict est sans appel, on est nul en langue! Même si on se traîne notre LV1 depuis le plus jeune âge comme un boulet à la cheville lourdement porté on est toujours incapable de suivre une conversation dans une langue étrangère. Surtout par honte, un peu par flemme et un peu aussi par orgueil, « tout le monde devrait savoir un peu de français, n’est-ce pas la plus belle langue du monde? ». Donc, en conclusion, le français ne fait aucun effort linguistique lorsqu’il voyage. Ce n’est pas parce qu’il va deux semaines au Portugal qu’il va gâcher de l’espace libre dans sa mémoire pour apprendre à dire « bonjour », « bonsoir », « merci », « s’il vous plait ». À la limite il apprendra à dire l’essentiel « bière », « vin » et « où sont les toilettes ?». Et puis si on ne le comprend pas lorsqu’il parle français, il parlera simplement encore plus fort, persuadé qu’on le comprend mieux ainsi.

2. Le touriste français est râleur

Le français est exigeant très exigeant même et quand il n’est pas content, il ne se gêne pas pour le faire comprendre. Partons tout simplement du principe que tout est un bon motif pour râler! Une attente trop longue au restaurant par exemple. Avouons-le, on l’a tous fait un jour, on a tous déjà râlé au restaurant parce qu’on trouvait le service trop long, même si on était en vacances, et que par conséquent rien ne pressait. Non! Le touriste français est toujours pressé. C’est peut-être pour ça qu’il traverse n’importe comment aux passages piétons ou qu’il essaie toujours de doubler dans les files d’attentes. Le français sait faire la queue, oui, (non pas comme un espagnol ou un italien qui eux n’ont pas le concept des files d’attente dans leurs gènes) mais il essaiera souvent de gagner une ou deux places avec nonchalance mais attention! si quelqu’un lui passe devant il montrera son désaccord et prônera le respect mutuel sur un ton moralisateur.

View this post on Instagram

Vous et moi , c’est du sérieux

A post shared by La vita é un picnic (@mh2p_) on

3. Le touriste français est radin

Il râlera toujours s’il faut payer l’eau, le couvert ou le pain, surtout en Italie. Même s’il ne s’agit que d’une modique somme, compensée par le prix des plats généralement en-dessous de la moyenne française et il continuera à râler et à être surpris de ce coût supplémentaire jusqu’à la fin de son séjour.
Il « oublie » aussi très souvent de laisser un pourboire ou de payer son titre de transport.

4. Le look du touriste français ne trompe jamais

Pas même besoin que nos compatriotes ouvrent la bouche pour qu’on les reconnaisse au premier coup d’oeil. Ok on est pas encore au niveau des allemands qui sont reconnaissables par leurs chaussettes dans leurs sandales, des anglais qui laissent flotter un doux parfum de crème solaire sur leur passage, ou des japonais armés de leur appareil photo et de chapeaux extravagants. Non, le français a la classe! et surtout c’est un aventurier! Qu’il parcourt l’ouest américain, qu’il fasse un trekking sur les glaciers en Norvège, qu’il visite tous les musées de Londres ou qu’il traverse Madrid en mini-train touristique, il portera toujours au moins un sac à dos Quechua. Le français adore Quechua! mais son meilleur compagnon de voyage est le guide du Routard!

5. Le touriste français est attaché à la cuisine française

Le touriste français est un fin gourmet, si une expérience culinaire lui déplait, cela peut carrément gâcher sa journée si ce n’est son voyage. Et pour ne pas se tromper, il remet toute sa confiance dans le guide du Routard. Cependant, la nourriture ne sera jamais aussi bonne que chez lui, c’est vrai quoi, au bout d’un moment les hamburgers et les pancakes ça lasse, de même que les pâtes et les pizzas à répétition. Et puis le pain ne sera jamais aussi bon qu’en France.

View this post on Instagram

Au Routard, on adore manger, ce n'est pas pour rien qu'on partage avec vous nos meilleurs bons plans "bouffe" depuis 1973 ! Et que dire, ce plat de nouilles sautées au poulet, tout droit venu de Negombo, nous met l'eau à la bouche ! À table !⠀ ⠀ Petit village situé à 40 km au nord de la capitale sri-lankaise de Colombo, il compte parmi l'un des ports de pêche les plus importants du pays, de par son contact direct avec l'Océan Indien et ses célèbres canaux. Si vous passez là-bas, vous pourrez ainsi admirer son fameux marché aux poissons séchés. Tout en couleurs (et en odeurs !). Pour la petite histoire cette région aura même marqué notre linguistique, puisque c'est de là que sont nés les catamarans, embarcations qui ont donnés à Negombo sa renommée. Et il permettra peut-être même à laurenceokpa, qui a partagé avec nous ce cliché, de gagner l'un des lots mis en jeu à l'occasion de notre super concours gastronomie !⠀ Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de nous envoyer vos plus belles photos autour du thème "cuisines du monde". Les clichés les plus gourmands remporteront des lots tout aussi appétissants !⠀ Pour plus d'informations, ça se passe par ici : https://www.routard.com/actualite-du-voyage/cid137351-concours-photo-routard-cuisines-du-monde.html ⠀ Faites-nous saliver !⠀ ⠀ #concours #srilanka #experienceroutard #leroutard #routard #negombo #foodlover #foodporn #foodstagram

A post shared by Le Routard (@leroutard) on

6. Le touriste français a besoin de repères

Ok voyager c’est super mais le français a toujours besoin de repères, d’un petit quelque chose qui lui rappelle chez lui. Sans camembert ni saucisson il est vite perdu. Pour se rassurer un peu il ne peut pas s’empêcher de comparer tout ce qu’il découvre: « ah oui le Lac Powell est impressionnant, il me fait un peu penser au lac du Salagou à côté de chez moi » ou encore « le Canyon du Sumidero est pas mal, mais ça vaut pas les Gorges de l’Aveyron ». Lorsqu’il passe devant une boutique avec un nom français il est très fier! et s’il passe devant une chaîne qu’il connait parce qu’elle existe en France il est vraiment très heureux, rassuré et ne peut pas s’empêcher d’y faire un saut. Et puis surtout, lorsqu’il croise un autre compatriote alors là c’est la fête! un peu comme s’il croisait un véritable frère dans un contexte hostile après avoir passé des années en solitaire.

7. Il parle tout haut en français, persuadé que personne ne le comprend

Enfin, le français à l’étranger ne peut pas s’empêcher de faire des commentaires ou des critiques tout haut, en français, persuadé que personne autour de lui ne le compreend. Ce qu’il préfère c’est les commentaires désobligeant sur les gens dans la rue. Fait réel: ma belle soeur était dans le métro à NY lorsqu’un jeune homme français a dit à son copain: « olala tu l’as vu celle-là?! on dirait un caché d’aspirine! » et bien jeune homme si tu me lis, sache qu’elle avait tout compris. Et alors que tu es rentré en France à travailler enfermé dans ton bureau, elle a passé du temps à la plage et est sûrement plus bronzée que toi aujourd’hui, en tout cas, elle est sûrement plus maligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close