Close
Street food à Palerme, Sicile

Street food à Palerme, Sicile

Découvrez avec Musement quelques unes des spécialités du street food palermitain. Que vous soyez végétarien ou que vous vous sentiez plutôt carnivore, une chose est sûre, un seul voyage à Palerme ne vous suffira pas pour tout goûter!

Mon compagnon est parlermitain. Avant de le connaître je ne mangeais rien de frit, mon corps ne le supportait absolument pas, je ne digérais même pas les frites. Et puis un beau jour, quand notre relation a commencé à être plus sérieuse, il m’a déclaré qu’il fallait que je m’entraîne à manger frit pour éviter que ma première fois à Palerme, l’été suivant, ne soit traumatisante d’un point de vue digestif. Oui, les siciliens frient tout ce qui leur tombe sous la main! Et c’est délicieux! Pourtant mon éducation, ma propre conscience et mes habitudes nutritionnelles ont toujours fait de moi une personne réfractaire à la friture. Vous devez donc me croire, si je vous dis qu’une visite à Palerme ne peut pas être complète sans que vous n’ayez goûté à un maximum de spécialités locales, même si elles vont à l’encontre de vos principes alimentaires. Après tout on s’en moque, c’est les vacances. À votre retour vous ferez une cure détox à base de quinoa et légumes bouillis. Et puis, en Sicile la mer est incroyable! une bonne petite baignade et vous perdrez tous les kilos gagnés.

Si les palermitains adorent frire, il serait presque immoral de réduire la gastronomie locale à si peu. La cuisine sicilienne est à l’image de cette île multicolore et multiculturelle, marquée par les nombreuses dominations qui se sont succédées. Un riche passé qui se reflète à travers le peuple, l’architecture et l’art (nous pensons notamment au mouvement arabo-normand, véritable trésor de la Sicile, unique au monde) et la gastronomie!

La nourriture à Palerme raconte le passé de la ville, dévoile les influences arabes, romaines,normandes, grecques, espagnoles, juives et j’en passe. Cette rencontre et ce dialecte entre les cultures se lit notamment à travers le street food local.

Le street food, et la nourriture en général à Palerme, c’est quelque chose de sérieux! Il n’y a aucun doute, si vous allez là bas, vous ne mourrez pas de faim et vous mangerez bien! N’importe où et à n’importe quelle heure du jour et de la nuit vous trouverez toujours quelque chose à vous mettre sous la dent, d’authentique, de savoureux et d’essentiel, à un prix souvent dérisoire. À Palerme, on vivait et on vit encore dans la rue, c’est pourquoi le street food est tellement présent. Vous remarquerez d’ailleurs que les grandes chaînes multinationales de fast food n’ont pas vraiment pris racine sur l’île. Il est tellement simple de manger sur le pouce, des choses nettement meilleures (sous tous les points de vue) et moins chères, qu’un Mc Donald n’a pas lieu d’être.

Il serait impossible de fournir une liste exhaustive et détaillée de toutes les spécialités du street food local dans un seul article. Nous avons donc décidé de vous donner un simple aperçu de quelques unes de ces spécialités pour vous donner une idée de ce que vous pourrez trouver lors de votre séjour à Palerme.

Il panino c’a meusa

C’est LE sandwich incontournable du street food palermitain, s’il faut en goûter un c’est bien celui là. D’origine juive, il serait né au XIIIème siècle! Bon, c’est vrai c’est pas très glam, il s’agit d’un sandwich à la rate…mais il faut y goûter! Si vous souhaitez manger l’authentique panino con la milza, rendez-vous sur le trottoir au 211 Via Vittorio Emanuele chez Rocky, il Re della Vucceria (Rocky, le roi de la Vucciria, un marché historique à Palerme) ou dans le kiosque de Nino U’ Ballerino (Nino le danseur) pour le déguster simplement assaisonné d’un filet de citron (et saupoudré de fromage caciocavallo chez Nino). Personnellement, pour une première fois, je vous conseille de vous rendre chez Franco U’ Vastiddaru et de le commander complet, c’est-à-dire avec du citron, du caciocavallo et de la ricotta, beaucoup de ricotta! Vous sentirez moins la consistance des abats qui peut déranger.

View this post on Instagram

Non fate gli schizzinosi, il panino ca meusa alla Vucciria è la pausa pranzo perfetta 😋 . . ~~~~~~~~ . . #eeeeeats #gloobyfood #thefeedfeed #onmytable #heresmyfood #beautifulcuisines #hautecuisines #ilfoodchevale #ammazzachefood #dulcisinfood #baffettofood #official_italian_food #foodbloggerxcaso #food_instalove #piattiitaliani #campaniafoodblog #italianfood #italyfood #italyfoodporn #foodditaly #100ita #don_in_cucina #cucinamediterranea #piattitipici #piattitipiciregionali #pranzoitaliano #bontaitaliane #foodbloggeritaliani #italyfoodedrink #paninocameusa @bontaitaliane @piattitipici @100ita @_cotto_e_postato_ @dulcisinfood @pranzoitaliano @love_food_extra @baffettofood @ilfoodchevale @ammazza_che_food @mazza_chebuono

A post shared by Vincenzo Giordano (@vinzgiord) on

Le arancine

Sûrement le street food italien le plus connu. Il s’agit de petites boules de riz fourrées au ragoût, au fromage, aux épinards, à tout ce qu’on veut en fait et frites! Fondantes et toutes chaudes à l’intérieur, elles doivent être bien croustillantes et dorées à l’extérieur. Mes préférées sont celles de Recupero, du moins pour la version la plus traditionnelle appelée « al burro » (béchamel, jambon et mozzarella). Ke Palle, un nouvel établissement assez jeune et plutôt branché propose des associations très intéressantes.
N.B.: attention à Palerme l’arancina est un mot féminin. Donc arancine (prononcé aranciné) au pluriel et non arancini (ou arancino au masculin singulier). Je ne vous conseille pas de voir ce que ça donne si vous vous trompez. Vous me remercierez plus tard.

Lo Sfincione

Le nom sfincione dériverait du mot latin « éponge », en raison de sa consistance et de son aspect. Il paraît que ce sont des soeurs du couvent de San Vito qui auraient inventé cette sorte de pizza, très haute, moelleuse et humide, recouverte de sauce tomate, d’oignon, d’origan, d’anchois et de fromage. À manger sans modération!

Pane panelle e crocchè

Voilà une spécialité qui nous vient des arabes cette fois-ci. Même si de prime abord ce plat peut nous sembler être une aberration culinaire et nutritionnelle puisqu’il s’agit de farine de pois chiche frite (les « panelle ») et de purée de pomme de terre frite (les « crocchè ») dans du pain, c’est délicieux! Le fondant encore tout chaud de la farine de pois chiche et de la purée recouvertes d’une très fine enveloppe de friture vous donnera envie de prolonger votre séjour. Il s’agit du sandwich typique que mangent les enfants palermitains à la plage.

Le poulpe

Et oui, le street food ne doit pas toujours être gras ou servi dans du pain. À Palerme il est possible de déguster du poulpe coupé en petit morceau sur une assiette dans la rue, recouvert d’un filet de citron et de persil. Vous en trouverez facilement chez le « polparo » (nom qui vient de polpo, « poulpe » en italien) dans l’un des trois marchés historiques de la ville (la Vucciria, il mercato del Capo et Ballarò). Demandez à ce qu’on vous le prépare devant vous pour plus de fraîcheur.

Le stigghiole

Végétariens et âmes sensibles s’abstenir, je ne m’adresse qu’aux explorateurs de la gastronomie, les intrépides, ceux qui n’ont peur de rien! Les origines de ce plat populaire de la cuisine locale sont très anciennes et remontent aux grecs. Il s’agit de tripes assaisonnées avec du citron, du persil, du sel et du poivre et cuites sur une grille de fortune. Je ne vous donne pas d’indications sur où en manger. Le jour où vous vous sentirez prêt, vous serez interpellé par la fumée du barbecue très épaisse et l’odeur. Alors vous vous arrêterez pour y goûter au bord de la route, dans un parking ou même sous un pont. Attention à ne pas vous approcher quand le « stigghiolaro » les coupera…ça gicle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close