Close
Tour d’horizon spécial Toussaint: les traditions dans le monde

Tour d’horizon spécial Toussaint: les traditions dans le monde

À l’occasion de la Toussaint, Musement vous propose de découvrir 5 destinations dans le monde et leurs traditions liées à la fête des morts .

Même si pour nous Toussaint rime souvent avec premières vacances de l’année, la fête de tous les Saints, comme son nom l’indique, est initialement une fête religieuse célébrée le 1er novembre en l’honneur de tous les saints du panthéon catholique. À ne pas confondre avec la fête des morts le 2 novembre, jour pendant lequel il est de coutume d’aller fleurir les tombes de nos proches au cimetière. Cette période de l’année est riche en traditions diverses et variées partout dans le monde. Partez donc avec Musement pour un tour d’horizon de ces traditions internationales!

1. Rommelbootzennaat en Lorraine

En France, bien avant que la fête d’Halloween n’atteigne le continent européen, les enfants en Bretagne avaient pour coutume de creuser des betteraves et d’y introduire une petite bougie à l’intérieur, tout comme l’on fait aujourd’hui avec les citrouilles, afin d’effrayer les gens qui passaient devant. Cette tradition est encore perpétuée en Lorraine et porte le nom de Rommelbootzennaat, « la nuit des betteraves grimaçantes ». Elle est célébrée chaque année le 31 octobre. En France la commémoration des morts se substitue souvent au jour de la Toussaint. En effet, étant donné que le 2 novembre n’est pas férié, les français ont pris l’habitude de commémorer leurs morts le 1er du mois. Des chrysanthèmes d’automne, qui remplacent les bougies depuis la moitié du XIXème siècle seulement, sont déposées pour fleurir les tombes.

2. Castanyada en Catalogne

La nuit du 31 octobre les catalans à Barcelone et ailleurs ont pour tradition de déguster des produits de saison, notamment des châtaignes et marrons chauds. Cette coutume gastronomique remonte à l’époque médiévale où les familles se recueillaient et savouraient panellets, patates douces et marrons chauds en sirotant du moscatell pour rendre hommage aux proches disparus. La consommation de ces produits super énergétiques et de saison s’explique par le fait que toute la nuit de la Toussaint et jusqu’au levé du jour les parents et amis sonnaient le glas aux côtés des sonneurs de cloches et avaient donc besoin d’assez d’énergie pour résister jusqu’à l’aube.


panellets, patates douces et marrons chauds prêts pour la Castanyada

3. La festa dei Morti en Sicile

En Sicile on raconte qu’il y a bien longtemps, dans la nuit du 1er au 2 novembre, les défunts visitaient leurs proches encore en vie et apportaient des présents aux enfants. De nos jours ce sont les parents qui achètent des petits cadeaux, jouets et objets en tous genres, à leurs enfants et qui les cachent dans la maison pour que ces derniers les trouvent après une sorte de chasse aux trésors, tôt le lendemain matin. La veille au soir, la râpe à parmesan de la maison est cachée, car il paraît que sinon dans la nuit, les morts râpent les pieds des enfants pas sages. En plus des jouets, il est coutumier dans certaines familles d’offrir des chaussures neuves remplies tour à tour de bonbons ou de biscuits typiques de cette fête comme les crozzi ‘i mottu « os de mort » ou les pupatelli fourrés d’amandes grillées ou encore ‘U Cannistru’ , un panier rempli de produits de saison (fruits secs et autres douceurs). Mais la véritable protagoniste de la fête des morts à Palerme est la pupaccena, une petite statuette en sucre, sur laquelle sont représentées des figures traditionnelles (paladins, marionnettes siciliennes de l’Opera dei Pupi)

4. Día de los Muertos au Mexique

Impossible de faire un billet sur les différentes traditions de la Toussaint dans le monde sans parler du Día de los Muertos au Mexique. De Mexico à Guadalajara, la fête des morts a une grande importance au Mexique et se déroule sur deux jours, du 1er au 2 novembre. C’est l’occasion pour les familles de se retrouver, que l’on soit mort ou vivant. Tout le monde se réunit au cimetière pour chanter, danser et partager un grand festin autour des tombes éclairées de bougies. Les familles érigent des autels en l’honneur de leurs morts et des victuailles leur sont données en offrande, notamment le pan de muerto, « pain de mort », une brioche sucrée dont la forme symbolise le crâne et les os, mais aussi des calaveritas de azùcar (de petits crânes en sucre), sans oublier la tequila bien sûr. Ce n’est pas un jour triste pour les mexicains, mais bien un jour de fête.


Une tombe décorée à l’occasion du Día de los Muertos

5. Obon au Japon

L’Obon au Japon est une fête d’origine bouddhiste qui tombe en plein milieu de l’été mais que l’on peut cependant faire correspondre à la Toussaint catholique. Pour la fête des ancêtres au Japon des offrandes sont faites aux défunts pour apaiser leurs souffrances dans l’au-delà et les remercier des sacrifices qu’ils ont fait sur terre. Devant leurs maisons, dans les petits villages comme à Kyoto et Tokyo, les japonais accrochent les fameuses lanternes qui ont pour but de guider les âmes des morts vers leur demeure d’origine. À quelques jours d’écart a lieu la fête des fantômes en Chine, qui découle des mêmes origines bouddhiques. En Chine, pendant un mois entier les portes des enfers sont ouvertes aux âmes des morts pour les laisser errer sur terre.

Photo credit: RebecaAR on Visualhunt.com / CC BY-NC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close