Close
Velásquez en 8 tableaux

Velásquez en 8 tableaux

Musement se penche sur huit des tableaux les plus emblématiques de Velásquez.

Diego Rodríguez de Silva Velásquez (1599-1660) fut un artiste crucial de l’âge d’or de l’art espagnol, qui s’étend de 1580 à 1680. Le sévillan s’est fait une place dans l’histoire de l’art comme l’un des artistes baroques les plus exemplaires. Avec sa maîtrise de la lumière, le style de Velásquez est passé du ténébrisme, une technique typique du Caravage qu’il utilisait dans ses premières années, à un style d’une grande luminosité qui a fait de lui un maître en art pictural.
À l’âge de 24 ans, Velásquez s’installa à Madrid et fut nommé artiste officiel de la cour du roi Philippe IV. Au cours de cette période, il a créé les œuvres qui lui ont valu une renommée internationale. Parmi les 120 œuvres d’art qu’il a réalisées, voici un aperçu de huit de ses peintures les plus emblématiques.

1. Las Meninas, 1656

La plus célèbre des œuvres de Diego Velásquez, Las Meninas, est une peinture pleine de mystère et dont l’interprétation a engendré de nombreuses théories. Cependant, la maîtrise de Velásquez en matière de composition, de perspective et d’éclairage est indiscutable. Le sujet est l’Infanta Margarita et ses dames d’honneur, María Agustina Sarmiento et Isabel de Velasco, bien qu’une vingtaine d’autres personnes apparaissent également dans le tableau, dont Velásquez lui-même.

Où: Musée du Prado, Madrid

View this post on Instagram

🖼️ Las Meninas, 1656 🎨 Diego Velázquez 🏛️ Museo del Prado, Madrid Las Meninas was painted in 1656 in the Cuarto del Príncipe in the Alcázar in Madrid, which is the room depicted in the work. We can identify most of the members of the court service grouped around the Infanta Margarita, who is attended by two of the Queen’s meninas or maids-of honour: María Agustina Sarmiento and Isabel de Velasco. We also see the artist himself working on a large canvas, the dwarves Mari Bárbola and Nicolasito Pertusato. More 📃 DailyArtMagazine.com ✍️ @zstanska #artnerd #artshare #artsagram #arthistory #art #arte #arthistorian #artlovers #artsharing #dailyart #dailyartmag #dailyartapp #artist #painting #kunst #kunstgeschichte #museumnerd #museumlover #paintinglover #gallerylover #artsy #artmuseum #paintingoftheday #painter #lasmeninas #velazquez

A post shared by DailyArtMagazine (@dailyartmagazine) on

2. Le triomphe de Bacchus (ou Les ivrognes), 1628-1629

L’un des thèmes que Velásquez explore dans ses peintures est la mythologie, et le Triomphe de Bacchus est la première de ses œuvres s’en inspirant. Le tableau est une scène naturaliste, composée par une bouteille et une cruche sur le sol, avec le dieu du vin comme sujet principal couronnant un soldat parmi un groupe d’hommes ivres. Grâce aux ombres, Velásquez donne de la texture au tableau, créant pratiquement une nature morte. L’artiste voulait exalter la capacité consolatrice du vin sur l’homme.

Où: Musée du Prado, Madrid

3. Vénus à son miroir, 1647-1651

Vénus à son miroir a été peinte alors que Diego Velasquez séjournait en Italie. Ce tableau a créé une polémique importante au cours de l’histoire en raison de certaines des significations qu’on lui a attribué (le seul dans lequel une femme nue apparaît). Certains experts affirment que la femme représentée dans le tableau est l’amante italienne de Velásquez, tandis que d’autres affirment qu’elle est l’amante du neveu du Comte-Duc d’Olivares. Qui qu’elle soit, nous voyons la déesse Vénus allongée sur un lit, se regardant dans un miroir tenu par Cupidon, le dieu de l’amour. C’est un thème mythologique auquel Velásquez a donné du réalisme en représentant la femme comme une personne et non comme une déesse.

Où: The National Gallery, Londres

4. Portrait équestre du Comte-Duc d’Olivares, 1636

Le style de cette huile sur toile est une exception chez le peintre. L’utilisation de la couleur ainsi que le design sont atypique pour Velásquez (ici il utilisa plus de couleurs, et le style est plus pompeux que dans ses autres portraits). Avec comme sujet Gaspar de Guzmán, connu sous le nom de Comte-Duc d’Olivares, ce portrait équestre évoque la vitalité tout en rendant hommage à un individu d’une grande puissance, comme en témoignent l’armure, le chapeau et la ceinture d’officier général.

Où: Musée du Prado, Madrid

5. Christ Crucifié, 1632

L’impact du Christ Crucifié fut tel, que Miguel de Unamuno lui dédia un poème (Le Christ de Velásquez). Le mystère qu’il inspire ne laisse pas place à l’indifférence. Cette peinture propose une vue frontale d’un Christ nu cloué sur la croix sur un fond noir. Elle est peinte avec une grande maîtrise que l’on peut observer dans les proportions du corps et qui permet à l’artiste de communiquer sérénité et dignité à travers sa peinture

Où: Musée du Prado, Madrid

6. Le Porteur d’eau de Séville, 1619-1620

Le Porteur d’eau de Séville est une œuvre basée sur le réalisme dominée par des tons ocres et bruns et caractérisée par l’utilisation de la technique du clair-obscur typique du Caravage. Le tableau se compose comme une allégorie des trois âges de l’homme. On y voit un vieil homme, un marchand d’eau offrant une tasse d’eau à un jeune garçon (ce qui représente la transmission du savoir), tandis qu’un autre homme dans le fond contemple la scène.

Où: Collection Apsley House, Londres

View this post on Instagram

Velasquez. Grateful he’s in London.🔥

A post shared by Alden R. Bennett (@aldenrbennett) on

7. Autoportrait, 1640

Malgré son mauvais état de conservation, cet autoportrait est le seul catalogué comme tel (hormis l’apparition de l’artiste dans Las Meninas). Avec une gamme de couleurs sombres et de coups de pinceau rudes, le peintre regarde le spectateur dans l’œuvre. On pense que Velásquez avait environ 50 ans lorsqu’il peignit cette œuvre et qu’elle a été exécutée lors de son deuxième séjour en Italie.

Où: Musée des Beaux-Arts de Valence

8. Les Spinners (ou La Fable d’Arachné), 1655-1660

Dans Les Spinners, Velásquez revient à la mythologie (d’où l’autre nom du tableau, La Fable d’Arachné). Bien qu’à première vue le tableau semble représenter des femmes travaillant dans un atelier de tapisserie, son iconographie suggère la fable dans laquelle Minerve punit Arachné après un concours de tissage en la transformant en araignée, la condamnant à tisser pour le reste de ses jours. Athéna est représentée comme une femme âgée et Arachné apparaît à sa droite.

Où: Musée du Prado, Madrid

Cover photo credit: Welcome to all and thank you for your visit ! ツ from Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close