Close
10 des tableaux les plus effrayants au monde

10 des tableaux les plus effrayants au monde

Halloween approche à grands pas et en l’honneur de la fête la plus spectrale du monde, voici un aperçu des tableaux les plus effrayants de toute l’histoire de l’art.

Ce qui me plait dans l’art c’est qu’il n’est pas nécessaire d’être un expert pour pouvoir l’apprécier, il suffit d’être attentif à ce que l’on ressent lorsque l’on contemple une oeuvre. L’art peut émouvoir, inspirer, enthousiasmer, perturber et oui, parfois aussi terroriser. Les tableaux les plus effrayants de l’histoire ne sont pas forcément les plus macabres mais ce sont ceux qui sont capables de perturber profondément celui qui les observe.
Pour célébrer Halloween, l’une des fêtes préférées de Musement, voilà 10 des tableaux les plus inquiétants au monde.

1. The Picture of Dorian Gray, Ivan Albright, 1943

Le portrait de Dorian Gray est l’histoire d’un homme qui vend son âme au diable pour garder sa jeunesse et sa beauté à jamais. C’est l’un de mes livres préférés, il invite entre autres à réfléchir sur les thèmes de la morale et du macabre. Dorian adopte un style de vie libertin mais les méfaits, l’âge et le temps n’altèrent jamais son aspect physique; à la place c’est son portrait qui vieillit et se détériore, dévoilant ainsi la corruption intérieure. The Picture of Dorian Gray de l’artiste Ivan Albright est apparue dans l’adaptation cinématographique de 1945.
Où: Art Institute of Chicago

2. Le Cri, Edvard Munch, 1893

Un seul coup d’oeil jeté à ce tableau m’aurait retourné l’estomac quand, dans les années 90, j’étais une adolescente traumatisée par Scream. Le sujet du tableau servit en effet d’inspiration pour le masque du tueur en série de la saga. Cependant, Le Cri me met mal à l’aise de manière encore plus profonde maintenant que je suis adulte: le sujet se tient sur un ponton, la bouche ouverte et les mains sur les joues. Il s’agit de la personnification de l’anxiété et de l’angoisse qui accompagne l’âge adulte et la vie en générale.
Où: Musée Munch à Oslo

3. Les Ambassadeurs, Hans Holbein le Jeune, 1553

Je me souviens très bien de la première fois que je vis ce tableau lors d’une visite dans un musée pour le cours d’histoire de l’art que je fréquentais à Londres. À première vue, on dirait une représentation extraordinaire d’une scène ordinaire: deux ambassadeurs. Mais attendez, quel est cet objet flou en bas? Le tableau doit être observé depuis la droite pour voir l’image informe se transformer en une tête de mort, une vanité, un rappel de notre mortalité. (Regardez la vidéo après le tableau). J’ai eu la chair de poule la première fois que j’ai identifié la tête de mort. Le tableau en effet est plein de symboles intrigants. Je n’entrerai pas dans les détails mais je vous invite à noter la corde de luth cassée, ou l’image de Jésus en haut à droite: je me souviens encore des frissons de peur qui me parcouraient le corps en écoutant le professeur nous expliquer tous les détails.
Où: National Gallery de Londres

View this post on Instagram

THE AMBASSADORS| 💀 Artist: Hans Holbein the Younger Origin: #British #Tudor Series: #mementomori . German-born artist Holbein spent most of his life in England. This work was created in the country, in the same year as the birth of Elizabeth I. While showing immense technical prowess in a double-portrait, this work is most famous for the #anamorphosis skull awkwardly placed against the painting’s bottom-half. This distortion of perspective allows the skull to be viewed properly by a viewer standing at either side of the piece, but never directly. The juxtaposition of memento mori with scientific instruments makes for an apparent attempt at humbling society as inventions seek to rapidly evolve humanity. In displaying the advancing systems of society with Holbein’s skull, symbols associated with organized religion and established governments are reduced to the status of, essentially, arbitrary systems in the face of the force of death. Why an #anamorphic skull? Rumor has it that the work was intended to be placed along a staircase. . . . #ITAOLDP #holbein #portrait #art #arthistory #painting #death #dying #faith #religion #morbid #morbidity #human #humanity #london #unitedkingdom https://www.nationalgallery.org.uk/paintings/hans-holbein-the-younger-the-ambassadors

A post shared by L | D (@arte_taboo) on

4. Crâne de squelette fumant une cigarette, Vincent van Gogh, 1885-1886

Il s’agit de l’une des premières oeuvres de Van Gogh et elle devait être amusante. Mais aujourd’hui elle touche une corde particulièrement sensible, étant donné qu’elle pourrait facilement faire partie d’une campagne contre la cigarette. Cette vision tellement en avance sur son temps est quelque peu inquiétante.
Où: Musée Van Gogh, Amsterdam

5. Le Visage de la guerre, Salvador Dalì, 1940

Pour continuer dans le thème de la tête de mort, la vision de la guerre du maître du surréalisme est une image qui vous marquera pendant un certain temps. Malheureusement, la guerre est aussi vieille que l’humanité, et si les tactiques de guerre peuvent changer, la dévastation qu’elle entraîne est intemporelle: dans ce tableau, Dali rend ce sentiment de dévastation d’une manière plutôt inquiétante.
Où: Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam

6. Saturne dévorant un de ses fils, Goya, 1819-1823

Il était une fois une prophétie qui annonçait que Saturne le Titan (Chronos pour les Grecs) serait renversé par l’un de ses enfants. Pour éviter son destin, Saturne a tenté de commettre un filicide par cannibalisme. Cependant, ses enfants immortels ont grandi en lui et il les a finalement vomis. Et oui, ils l’ont finalement renversé grâce à leur frère Zeus. Un homme qui mange un enfant? C’est horrible à faire peur.
Où : Musée du Prado à Madrid

View this post on Instagram

Goya, 1819-1823: Saturn Devouring His Son.

A post shared by Lew Parker (@lew.parker) on

7. Méduse, Le Caravage, 1597

Une femme dont le regard peut vous transformer en pierre: il s’agit de Méduse, la gorgone, avec des serpents à la place des cheveux qui, si vous la fixez dans les yeux, peut vous transformer en pierre. Persée réussit à la vaincre en lui faisant observer son propre reflet dans son épée pour ensuite la décapiter et porter sa tête en trophée à Polydectès (mais pas avant d’avoir sauvé Andromède d’un monstre marin). Le Caravage a su représenter cette scène avec son style incomparable que l’on retrouve dans certains de ses tableaux les plus connus.
Où: Galerie des Offices de Florence

View this post on Instagram

#Sguardidalmondo ci offre una prospettiva diversa e multiculturale sulle opere delle Gallerie degli #Uffizi: Aicha dall’Algeria ha posato il suo sguardo sulla #Medusa di #Caravaggio: “I serpenti… il volto spaventato… mi fanno pensare a una storia che si racconta ai bambini per spiegare cos’è la morte, un tema sul quale l’uomo si interroga da sempre. Secondo l’escatologia islamica, infatti, dopo la morte una persona entra in una fase intermedia, in attesa del giorno del Giudizio. La vita nella tomba rispecchierà la sua condotta in vita. Chi ha avuto una vita secondo virtù si troverà in una tomba ampia, profumata, con un amico accanto che gli tiene compagnia. Al contrario, chi ha avuto una condotta immorale si troverà in una tomba scura, fredda, piena di serpenti”. https://www.uffizi.it/mostre-virtuali/sguardi-dal-mondo 🌎E N G #Viewsfromaroundtheworld offers a different perspective of Uffizi Galleries’ works, told through the gaze of people coming from various countries of the world, with different cultural backgrounds. Here follows the ‘view’ of Aisha from Algeria: “The snakes…the scared face… These features remind me of a story used to explain death to our children. A challenging topic for man anytime. According to the Islamic eschatology, people after death enter into a transition period waiting for the day of Judgment. Life in the grave reflects one’s behaviour in life. Those who had good behaviour in life, will be in a large and scented grave together with a friend. Otherwise, who had a bad behaviour in life will be in a dark and cold tomb, surrounded by snakes.” https://www.uffizi.it/en/online-exhibitions/views-from-around-the-world.

A post shared by Gallerie degli Uffizi (@uffizigalleries) on

8. Hell, Hans Memling, 1485

Je dois vous avouer quelque chose: petite, j’ai fréquenté l’école catholique, mais maintenant, je suis une croyante non pratiquante. Peu importe combien de temps est passé, il y a certains enseignements qui restent gravés dans ma tête, comme par exemple aller en enfer si l’on ne va pas à la messe. Vous comprendrez donc combien la vision de ce tableau me terrorise, et je suis sûre qu’il provoque le même effet aux autres étudiants des écoles catholiques qui sont sortis du tunnel.
Où: Musée des Beaux-Arts, Strasbourg

9. Têtes de suppliciés, Théodore Géricault, 1814

Cette peinture me fait penser à l’épisode de Criminal Minds dans lequel un tueur en série décide d’infliger une punition à ceux qu’il considère immoraux. Si je me souviens bien, le suspect était un élève d’une école catholique qui lui, n’était pas du tout sorti du tunnel.
Où: Musée des beaux arts de Rouen

10. Le Jugement de Cambyse, Gérard David, 1498/1499

Cette peinture est si sombre et sinistre que je ne peux même pas la regarder. Elle représente l’écorchure du juge persan corrompu Sisamnès, condamné à mort sous le règne de l’empereur Cambyse II. C’est l’un des tableaux les plus troublants que j’aie jamais vus. On dirait que cette scène sort tout droit de Game of Thrones.
Où: Musée Groeninge, Bruges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close