Close
Les peintures les plus célèbres de Léonard de Vinci

Les peintures les plus célèbres de Léonard de Vinci

De La Joconde à La Cène en passant par La Dame à l’hermine, découvrez les tableaux les plus célèbres de Léonard de Vinci.

Léonard de Vinci est l’archétype de « l’homme de la Renaissance ». Le génie florentin a appliqué son immense sagesse dans des domaines aussi divers que la peinture, l’aérodynamisme et la botanique, entre autres. Mais aujourd’hui, nous nous concentrerons uniquement sur sa facette artistique, et plus précisément sur sa production picturale.

Voici quelques-unes de ses peintures les plus célèbres :

La Joconde

Lisa Gherardini, l’épouse d’un marchand de tissus florentin, est le sujet du portrait le plus célèbre du monde. Léonard de Vinci a peint cette œuvre sur un panneau de bois de peuplier en utilisant la technique du sfumato. Avec le temps, le panneau s’est légèrement détérioré c’est pourquoi le Musée du Louvre l’expose dans une vitrine climatisée dans la Salle des États. Outre la beauté indéniable du portrait, les nombreuses énigmes qui entourent le tableau n’ont fait qu’ajouter à sa légende : s’agit-il vraiment de Lisa Gherardini ? Sourit-elle ou son expression dénote-t-elle de l’amertume ? Est-il possible que la position de ses mains soit destinée à dissimuler une éventuelle grossesse ?

Et comme si tout cela ne suffisait pas, la Joconde a été volé en 1911 laissant le tableau introuvable pendant deux longues années, ce qui a permis d’accroître encore davantage sa notoriété.

La Cène

Cette œuvre a été commandée par le duc Ludovico Sforza dans le réfectoire du couvent de Santa Maria delle Grazie (Milan) entre 1495 et 1498. Dans cette célèbre peinture murale, Da Vinci a immortalisé le moment exact où, au cours de la dernière Cène, Jésus révèle qu’il sera trahi par l’un de ses disciples. Au lieu de la fresque, l’artiste a préféré expérimenter une nouvelle technique, en mélangeant la détrempe et l’huile sur du plâtre. Malheureusement, et en partie à cause de l’humidité des murs du couvent, l’œuvre a rapidement commencé à se détériorer. Après plusieurs tentatives infructueuses, la dernière restauration de l’œuvre a été achevée en 1999, l’objectif étant d’enlever les couches de peinture qui avaient été ajoutées à la peinture murale originale.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Satoshi Gohda (@go50_traveller)

L’Annonciation

Cette huile sur panneau est l’une des créations les plus connues du génie de la Renaissance et l’un des joyaux de la Galerie des Offices. Dans ce tableau, Léonardo de Vinci a exploré l’un des chapitres les plus connus de la Bible, en capturant la rencontre au cours de laquelle l’ange Gabriel annonce à la Vierge Marie qu’elle donnera naissance à l’Enfant Jésus. Bien que, selon l’iconographie classique, cette rencontre ait eu lieu à l’intérieur, Léonard a placé les protagonistes du tableau à l’extérieur d’un palais florentin.

L’homme de Vitruve

Dans ce dessin à l’encre sur papier, Léonard de Vinci a étudié les proportions du corps humain en se basant sur les écrits de l’architecte romain Marcus Vitruvius. En plus des annotations de l’artiste, le dessin montre un homme dans deux positions différentes, à l’intérieur d’un cercle et d’un carré. Un véritable chef-d’œuvre qui allie les connaissances en anatomie de Léonard de Vinci à ses compétences artistiques. Elle est aujourd’hui exposée à la Galleria dell’Accademia de Venise.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Leonardo da Vinci (@museodavinci)

La Dame à l’hermine

La Joconde n’est pas le seul portrait peint par Léonard de Vinci. À cette occasion, le sujet du tableau est Cecilia Gallerani, une jeune femme de la cour de Milan qui fut la maîtresse du duc Ludovico Sforza jusqu’à ce qu’il épouse Béatrice d’Este. Bien qu’il existe de nombreuses théories concernant l’hermine qui accompagne la jeune femme, on pense qu’il s’agit d’un clin d’œil à Ludovico Sforza qui appartenait à l’Ordre de l’Hermine. Certains affirment que Léonard aurait également choisi cet animal, associé à la pureté, à l’équilibre et à la tranquillité, pour attribuer ces vertus à la jeune femme. L’œuvre a été achetée par le gouvernement polonais et est exposée au musée Czartoryski de Cracovie.

Salvator Mundi

L’œuvre, dans laquelle le Christ apparaît comme le sauveur du monde donnant une bénédiction d’une main tout en tenant une sphère de cristal de l’autre, est le tableau le plus cher jamais vendu à ce jour. Cependant, bien que le tableau ait été attribué à Léonard de Vinci, la vérité est que sa paternité était, est et continue d’être fortement contestée. En effet, selon Antonie Vitkine, journaliste français et auteur du documentaire « Salvator Mundi, la stupéfiante affaire du dernier Vinci », l’Arabie saoudite aurait fait pression sur la France pour que le tableau soit inclus dans la rétrospective « Léonard de Vinci » ouverte par le Louvre en 2019. Le but était de valider la paternité du tableau mais le Louvre a refusé, ce qui laisse le débat plus que jamais ouvert.

La Vierge aux rochers

Deux peintures de Léonard de Vinci sont connues sous ce nom. L’un se trouve à la National Gallery de Londres et l’autre au musée du Louvre. Bien qu’il y ait de légères différences entre les deux versions, les protagonistes et le décor sont les mêmes : la Vierge Marie, au centre, est représentée avec saint Jean-Baptiste, l’archange Uriel et l’Enfant Jésus dans un paysage rocheux. L’œuvre du Louvre est considérée comme la première à avoir été exécutée, car elle ressemble davantage aux créations de l’artiste pendant son séjour à Milan.

Portrait de Ginevra de Benci

On dit que cette œuvre, qui se trouve maintenant à la National Gallery of Art de Washington, D.C., était à l’origine plus grande. En effet, le tableau a dû être endommagé et la partie inférieure du tableau a été coupée. Le sujet de la peinture est Ginevra de Benci, la fille d’un riche banquier florentin. Bien qu’on ne le sache pas avec certitude, le portrait a peut-être été commandé pour son mariage. Derrière elle se trouve un énorme genévrier, un arbuste qui symbolisait la vertu féminine pendant la Renaissance italienne.


Sainte Anne, la Vierge et l’enfant Jésus jouant avec un agneau

Cette œuvre, anciennement appelée La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne, a été peinte à l’huile sur un panneau de peuplier. Elle mesure 168 cm de haut et 112 cm de large, et peut être admirée au Musée du Louvre. Léonard de Vinci a représenté la Vierge Marie, assise sur les genoux de sa mère (Sainte Anne), et l’enfant Jésus serrant un agneau dans ses bras. L’interprétation la plus répandue de la scène affirme que l’animal est une représentation de toutes les souffrances qui attendent Jésus. L’agneau serait ainsi le symbole de la fin tragique du Christ.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Eugenio Menotti (@eugeniomenotti)

Saint Jean-Baptiste

L’artiste de la Renaissance a peint Saint Jean Baptiste vêtu de fourrures, avec de longs cheveux bouclés et tenant une croix dans sa main gauche, tandis que sa main droite pointe énigmatiquement vers le ciel. Comme pour de nombreuses autres œuvres de Léonard de Vinci, le débat fait rage : quelle est la signification du geste de la main et du sourire mystérieux ? Si vous voulez la voir de plus près, l’œuvre se trouve également au musée du Louvre.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Giu ❤️💙 (@giu.em.paris)

Découvrez en plus sur le génie de Léonard de Vinci en lisant cet article.

Envie de découvrir les oeuvres de Léonard de Vinci de vos propres yeux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close