Close
Les crèches du monde, 5 traditions à découvrir

Les crèches du monde, 5 traditions à découvrir

La période qui précède Noël est magique et ryhtmée par les préparatifs : la réflexion au sujet des menus, l’achat des cadeaux et surtout, la préparation du sapin et de la crèche. Musement vous raconte 5 traditions de Noël, chacune avec ses particularités, en Italie, en Europe et dans le reste du monde.

La préparation de la crèche de Noël est un rituel immuable. Chaque représentation doit être parfaite et soigneusement orchestrée afin de reproduire le plus fidèlement possible le décor de la Nativité, et en arrière plan, la Palestine. Le paysage doit être sableux mais riche en fleurs et en buissons, sans cours d’eau et composé de petites maisons basses et blanches. Au premier plan dominent l’auberge et la grotte. Au second plan sont positionnées les statuettes. Chacune possède un rôle différent avec un moment précis pour entrer en scène, comme au théâtre. Les bergers et les personnages qui assistent à la naissance de Jésus sont suivis de Marie et Joseph. Leur parcours commence le premier décembre à l’angle de la crèche. Au fil des jours, la troupe se rapproche de l’auberge. La veille de Noël, les figurines sont placées dans la grotte avec l’âne et le boeuf. La nuit du 24 décembre, et pas avant, Jésus est positionné dans la mangeoire qui est entourée par des anges. Puis arrive l’étoile, comme un signal aux Rois Mages qui rejoignent la grotte le jour de l’épiphanie. La tradition de la crèche tire ses racines dans le catholicisme, et pour cette raison, les pays luthériens comme la Suède et la Finlande, contrariés par les siècles, interdirent le rituel de la crèche – mais pas celui du sapin ! Ce boycott a pris fin dans les années 20, depuis la crèche est devenue une tradition en Suède où vous pouvez d’ailleurs en voir un peu partout dans les hopitaux et les églises. En Finlande, la coutume est de faire interpréter la scène de la Nativité aux enfants dans les écoles.

La tradition de la crèche est chargée de coutumes différentes et donne des styles très bigarrés. Italie, Pérou, Irlande … Voici 5 traditions à travers le monde!

La crèche napolitaine

La tradition de la crèche napolitaine est sans aucun doute la plus mythique, et à la différence des crèches historiques, elle est composée de deux parties : le mystère et la diversité. Le mystère se concentre autour de Marie, Joseph, Jésus, les anges, l’âne et le boeuf. Le décor est différent puisque la crèche napolitaine abrite une taverne et un marché. La scène ne se déroule pas en Palestine mais au milieu de la montagne. Le fond est coloré de tons roses vifs, d’ocre et de brique afin de recréer un coucher de soleil hivernal. Les personnages sont nombreux : le clochard, le boiteux, l’aveugle, la gloire des anges, la tzigane, le berger qui dort et toute une ribambelle de Rois Mages et de Maures. Dans la culture napolitaine, la tradition de la crèche est très importante : La Via San Gregorio Armeno à Napoli est composée de jolies boutiques artisanales de crèches et figurines. Les touristes du monde entier viennent y acheter les célèbres statuettes traditionnelles que vous pouvez également retrouver au Musée National de Capodimonte qui abrite une zone dédiée aux merveilles de la crèche dès les années 1500-1600. En outre, dans la pièce de théâtre “Natale in casa Cupiello” de Eduardo De Filippo, l’inoubliable dramaturge napolitain, l’histoire tourne autour de la préparation de la crèche (“Te piace o presepio” est la dernière phrase de la pièce).


Les boutiques artisanales de la rue San Gregorio Armeno à Napoli

La crèche piémontaise

Dans le piémont perdure une tradition locale très particulière. La crèche piémontaise met en scène le personnage de Gelindo. Selon la tradition, Gelindo est le premier à entrer dans le décor et selon nos sources, c’est lui qui reçoit Marie et Joseph dès leur arrivée de Bethléem. Il porte un agneau sur les épaules et joue de la musette. Gelindo est aussi le titre d’un texte théâtrale en langue piémontaise. Il s’agit d’une représentation, mi-sacrée mi-comique, de la période de Noël qui raconte comment Gelindo, un berger bourru au grand coeur laisse sa maison de Monferrato pour se rendre à Bethléem. C’est là qu’il rencontre Marie et Joseph.


Gelindo, acteur principal de la crèche piémontaise, représenté avec un agneau sur les épaules

La crèche catalane

Nous voici à présent en Espagne, en Catalogne pour être précis. Ici, la crèche de Noël traditionnelle met en scène un personnage qui ne se trouve dans aucune autre crèche au monde : le “Caganer”. Oui oui vous avez bien lu “Caganer” (peut être traduit littéralement par chieur). La statuette représente un berger accroupi, pantalon baissé et portant un petit béret rouge et une ceinture, selon les coutumes typiques catalanes. Le Caganer est généralement placé en retrait de la scène principale mais certains lui offrent une place de choix au milieu des acteurs principaux de la crèche ! On se pose tous la même question : Mais quelle est la signification de cette étonnante statuette ? Il semblerait que sa fonction soit symbolique : le caganer serait source de chance et de bonheur. La légende raconte que grâce à ses excréments, la caganer rend la terre plus fertile. Un véritable sympoble de prospérité pour chaque année à venir ! 


Le fameux Caganer !

La crèche péruvienne

La colonisation espagnole de l'Amérique, commencée avec les voyages de Christophe Colomb vers la fin du XV siècle, a permis à la Monarchie catholique espagnole de maîtriser une grande partie du continent. Les conquistadors Catholiques ont apporté Noël au Pérou au cours du seizième siècle. La scène de Nativité péruvienne est l'exemple parfait du mélange des traditions, créant un résultat spectaculaire. Les personnages sont courts vêtus et les animaux qui accompagnent le petit jésus sont des félins comme des tigres ou des panthères… La crèche péruvienne de la côte sera représentée avec des personnages portant un chapeau de paille et les animaux seront généralement des chevaux ou des vaches. Enfin la crèche péruvienne des andes sera réprésenté avec des personnages habillés plus chaudement et qui portent bien évidemment le bonnet péruvien. Si vous regardez bien, vous remarquerez qu'un mouton et un lama remplacent le boeuf et l'âne auprès de Marie et Joseph. 


Le lama, statuette typique de la crèche péruvienne

La crèche vivante de Dublin 

Depuis 1995, le Conseil municipal de Dublin et l'Association des Fermiers Irlandais ont mis en place une belle tradition plutôt inhabituelle : Une crèche vivante, constituée de statues grandeur nature et d'animaux réels. Chaque année l'Association des Fermiers Irlandais contribue à ce beau projet en prêtant des ânes, un mouton et des chèvres : chaque matin, ils apportent les animaux à Dublin et les ramène à la maison tous les soirs. La scène est installée à la Mansion House, apportant un bout de campagne au coeur de la ville. De plus, cette belle initiative permet aux enfants d'entrer en contact avec les animaux. L'entrée est gratuite, mais vous pouvez faire un don à la Mansion House de Dublin. Ouvert au public tous les jours de 11h00 à 18h00 et jusqu'à 2h00 du matin la Veille de Noël


La crèche vivante à Dublin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close